Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux

L'enseignement postsecondaire au Canada s'inscrit dans un contexte en perpétuel mouvement, qu'influencent la mondialisation, une mobilité de plus en plus grande de la population, les progrès technologiques, les changements démographiques et un marché du travail en évolution constante. Ces tendances donnent lieu à trois enjeux reliés entre eux : la capacité des systèmes d'enseignement postsecondaire, l'assurance de la qualité ainsi que l'internationalisation et la mobilité.


Capacité des systèmes d'enseignement postsecondaire

Le Conseil des ministres de l'Éducation (Canada) souhaite accroître et stabiliser la capacité à long terme des systèmes d'enseignement postsecondaire afin de répondre aux besoins de formation et d'apprentissage de tous les Canadiens et Canadiennes qui cherchent à poursuivre des études postsecondaires. Il importe en premier lieu d'assurer un financement public à long terme stable. Les changements démographiques se traduisent par une décroissance du nombre de jeunes qui, traditionnellement, sont à l'âge d'amorcer leurs études postsecondaires, alors que la demande pour une main d'œuvre hautement qualifiée augmente. Par conséquent, les établissements postsecondaires doivent recruter et former plus de personnes, y compris des adultes plus âgés et des membres de groupes traditionnellement moins enclins à poursuivre des études universitaires ou collégiales. D'autres défis sont associés à la capacité des systèmes d'enseignement postsecondaire, y compris le remplacement des nombreux professeurs et professeures qui prendront leur retraite au cours de la prochaine décennie, les coûts d'infrastructure d'établissements vieillissants, les coûts indirects de la recherche ainsi que l'abordabilité des études postsecondaires, notamment en ce qui concerne les niveaux d'endettement des étudiantes et étudiants.


Assurance de la qualité

Le maintien de la qualité des programmes postsecondaires au Canada relève principalement de chaque établissement, qui doit se conformer aux cadres législatifs et politiques établis par son gouvernement provincial ou territorial respectif. Étant donné la mobilité accrue des gens et des programmes, le plus grand nombre d'établissements qui obtiennent l'autorisation de conférer des grades et l'usage de plus en plus répandu de la technologie de l'information, les mécanismes d'assurance de la qualité s'avèrent toujours plus importants.

Il n'existe aucun organisme pancanadien d'agrément pour évaluer la qualité des programmes menant à un grade, bien qu'un certain nombre d'agences et d'organismes professionnels remplissent cette fonction pour les programmes professionnels au niveau universitaire de 1er, 2e et 3e cycle. En l'absence d'un organisme pancanadien d'agrément, le fait d'être membre de Universités Canada, conjugué à la charte accordée à l'université par le gouvernement provincial, est de manière générale considéré comme la preuve qu'un établissement dispense des programmes universitaires aux normes acceptables. Les programmes menant à un grade offerts par les collèges universitaires, les collèges et les instituts sont assujettis à des processus internes d'assurance de la qualité semblables à ceux utilisés pour les programmes universitaires. De plus amples renseignements sur les mécanismes d'assurance de la qualité dans les établissements postsecondaires des provinces et territoires du Canada sont fournis dans le document du CICDI intitulé Pratiques liées à l'assurance de la qualité dans les établissements postsecondaires au Canada.


Internationalisation et mobilité

L'internationalisation de l'éducation témoigne des besoins de connaissances et de compétences engendrés par une économie mondiale. Elle a d'importantes répercussions sur le recrutement des étudiantes et étudiants internationaux, les politiques et procédures d'évaluation et de reconnaissance des diplômes, les programmes d'études et la mobilité étudiante.

Pour mieux recruter les étudiantes et étudiants internationaux, les autorités de l'éducation au Canada travaillent avec le gouvernement fédéral et divers organismes clés sur le positionnement de l'éducation et l'élaboration d'une image de marque. Il revient aux collèges et aux universités de reconnaître ou non les grades et programmes étrangers. Plusieurs gouvernements provinciaux ont établi des services d'évaluation des diplômes disposés à partager leur expertise. Bien que ces évaluations n'engagent en rien les établissements, elles fournissent une comparaison utile des titres et diplômes étrangers et canadiens. Le Centre d'information canadien sur les diplômes internationaux (CICDI) conseille les personnes sur les étapes à suivre afin de faire évaluer et reconnaître au Canada leurs titres ou diplômes.

Les établissement cherchent à donner à leurs programmes une perspective davantage internationale, et ce, en élargissant leur contenu et en y intégrant des cours conjoints internationaux. Pour faciliter la mobilité et la transférabilité à l'intérieur du pays et promouvoir sur la scène internationale les établissements postsecondaires du Canada, les ministres responsables de l'enseignement postsecondaire ont rendu public le Cadre canadien de reconnaissance des qualifications correspondant à un grade, qui établit à l'échelle pancanadienne un ensemble uniforme et cohérent de normes.




Révision exhaustive des informations: février 2009