À propos du CICDINous contacterEn
Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux

Au Nouveau-Brunswick, le système d'enseignement postsecondaire se compose de quatre universités financées par les fonds publics réparties sur sept campus dans la province, de deux collèges communautaires constitués en sociétés de la Couronne dotés de onze campus, du New Brunswick College of Craft and Design (Collège d'artisanat et de design du Nouveau-Brunswick), d'un établissement spécialisé (le Collège de technologie forestière des Maritimes/Maritime College of Forest Technology), de plusieurs petites universités et collèges confessionnels privés à but non lucratif, ainsi que divers établissements privés de formation professionnelle, et autres établissements offrant des formations professionnelles enregistrés conformément à la Loi sur la formation professionnelle dans le secteur privé.

L'éducation postsecondaire peut également être obtenue au moyen d'une formation en apprentissage pour une carrière dans les métiers spécialisés. Une certification provinciale est accordée par la Direction de l'apprentissage et de la certification professionnelle du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail. Une proportion de 80 p. 100 de la formation en apprentissage est effectuée sur le terrain sous la supervision d'une compagne ou d'un compagnon d'apprentissage certifié. Les 20 p. 100 restants sont effectués pendant une formation par stages d'études, soit une formation technique obtenue dans un établissement postsecondaire. La formation en apprentissage fait partie depuis longtemps du système d'éducation et de formation au Nouveau-Brunswick. Il s'agit d'un programme de formation structuré qui exige la participation active de trois partenaires; les apprenties et apprentis, les employeurs et le gouvernement, qui est représenté par la Direction de l'apprentissage et de la certification professionnelle.

Le Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue : environ 32 p. 100 de sa population est francophone et 64 p. 100 anglophone. Son système d'enseignement postsecondaire reflète cette dualité linguistique. Avec des campus à Moncton, Edmundston et Shippagan, l'Université de Moncton est, hors du Québec, la plus grande université francophone d'Amérique du Nord. Les trois autres universités publiques sont principalement anglophones. Cinq des 11 campus du réseau de collèges communautaires de la province offrent l'enseignement en français, les six autres en anglais.

L'enseignement postsecondaire relève du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail. Le ministère administre les politiques universitaires par l'entremise de la Direction des relations universitaires, les politiques de la formation en apprentissage par l'entremise de la Direction de l'apprentissage et de la certification professionnelle et l'aide financière aux études pour tous les secteurs postsecondaires par l'entremise de la Direction des services financiers pour étudiants. Ce ministère supervise également les lois pour le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) et le New Brunswick Community College (NBCC); il est responsable de l'application de la Loi sur la formation professionnelle dans le secteur privé, en vertu de laquelle les établissements de formation privés doivent s'enregistrer, ainsi que des universités privées à but lucratif établies en vertu de la Loi sur l'attribution des grades universitaires.

Le système d'éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick a ses racines dans l'Académie des Arts et des Sciences; fondée en 1785, elle est l'ancêtre de l'Université du Nouveau Brunswick. Aujourd'hui, avec des campus à Fredericton et à Saint John, cette université offre une grande variété de programmes de baccalauréat, de maîtrise et de doctorat. Près de la moitié de la totalité des étudiantes et étudiants universitaires sont inscrits dans cet établissement et la majorité des recherches effectuées dans la province y sont entreprises. L'Université Mount Allison, fondée à Sackville en 1840, et l'Université St. Thomas, fondée en 1910 à Chatham et qui partage aujourd'hui un campus avec l'Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, offrent surtout des programmes de baccalauréat. L'Université de Moncton a été fondée en 1963, à partir de l'ancien Collège Saint-Joseph de Memramcook, près de Moncton. Dans les années 1970, les collèges classiques d'Edmundston et de Shippagan ont été absorbés par le réseau de l'Université de Moncton. Comme l'Université du Nouveau-Brunswick, cette université offre un éventail complet de programmes et de grades, mais en langue française; elle est également responsable d'un volume considérable d'activités de recherche.

Il y a des écoles professionnelles depuis relativement longtemps au Nouveau-Brunswick. L'École professionnelle du Comté de Carleton, par exemple, qui est aujourd'hui le campus de Woodstock du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, a été fondée en 1919. Le Vocational Training Centre (Centre de formation professionnelle), aujourd'hui le campus de Moncton du collège, a été fondé peu après la Deuxième Guerre mondiale à l'intention des anciens combattants de retour de la guerre. Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick a été créé par une loi de l'Assemblée législative provinciale en 1973. Les instituts de technologie et les centres de formation existants, ainsi que la Carleton County Vocational School ont été incorporés au nouveau système collégial. Le réseau collégial a été réorganisé en 2010 en deux sociétés de la Couronne : le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) francophone et le New Brunswick Community College (NBCC) anglophone. Avec des campus dans toute la province, les deux collèges sont conçus pour celles et ceux qui cherchent des programmes postsecondaires non universitaires orientés vers la formation professionnelle et le développement des ressources humaines. Pour les personnes qui souhaitent entreprendre une carrière dans les métiers spécialisés, la Direction de l'apprentissage et de la certification professionnelle du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail a chargé les collèges d'offrir les programmes d'études pour la durée de la formation en classe requise annuellement pour la certification des métiers spécialisés. Le New Brunswick College of Craft and Design a été fondé par le gouvernement provincial en 1938 et relève aujourd'hui du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Parmi les autres établissements spécialisés, il faut compter le Maritime College of Forest Technology, à Fredericton, qui a été fondé en 1946, ainsi que le Collège de technologie forestière des Maritimes, installé à Bathurst et fondé en 1980, qui offre les programmes équivalents en français.

Programmes et diplômes offerts par les établissements d'enseignement conférant des grades universitaires


L'Université du Nouveau-Brunswick est le plus grand établissement conférant des grades de la province; elle offre une large gamme de programmes de 1er cycle, ainsi que des programmes de 2e et 3e cycle dans des disciplines comme les arts, les sciences, le génie, la foresterie, les sciences commerciales et l'informatique. Elle prépare aussi aux programmes de médecine et d'art dentaire. L'Université Dalhousie de Nouvelle-Écosse est la seule université des Maritimes à offrir des diplômes dans ces domaines; elle a formé un partenariat avec l'Université du Nouveau-Brunswick pour offrir à Saint John un programme délocalisé de formation médicale de premier cycle.

L'Université de Moncton, comme celle du Nouveau-Brunswick, a un grand choix de programmes de 1er, 2e et 3e cycle. Elle offre en outre divers programmes de certificat d'un an et des programmes de deux ans débouchant sur des diplômes dans des domaines comme la gestion, le marketing, l'administration publique et l'étude des langues. Elle collabore également avec l'Université de Sherbrooke (Québec), qui offre des programmes délocalisés de formation médicale de premier cycle à Moncton.

L'Université Mount Allison et l'Université St. Thomas sont spécialisées dans les programmes de 1er cycle. Ces établissements offrent aussi des certificats sur un ou deux ans dans divers domaines spécialisés.

Les programmes de 1er cycle exigent généralement quatre ans d'études à temps plein, mais il y a quelques exceptions importantes. À l'Université de Moncton et à l'Université du Nouveau Brunswick, par exemple, il faut cinq ans d'études à temps plein pour obtenir un baccalauréat en génie; pour un baccalauréat en droit, il faut étudier trois ans après avoir obtenu un premier baccalauréat. Le baccalauréat en éducation exige cinq années d'études à temps plein, dont un grade dans une discipline fondamentale couplé à des études plus poussées en éducation.

Les programmes de spécialisation de 1er cycle, offerts dans la plupart des universités et dans la plupart des disciplines, exigent des études plus poussées dans la spécialité choisie ainsi que des notes plus élevées. Ces programmes requièrent également quatre années d'études à temps plein et sont souvent exigés aux fins d'admission dans les programmes de 2e et 3e cycle.

Les quatre universités du Nouveau-Brunswick ont des programmes de formation à distance, qu'elles offrent en combinant la technologie des télécommunications et l'enseignement sur place pour desservir toutes les localités de la province.

Trois universités privées confessionnelles ont reçu de l'Assemblée législative du Nouveau Brunswick le droit de conférer des grades universitaires : l'Université Crandall, l'Université Saint Stephen et l'Université Kingswood.

La Loi sur l'attribution de grades universitaires adoptée en 2001 explique la procédure que doivent suivre les établissements privés pour obtenir le droit de délivrer des grades universitaires. Deux établissements sont actuellement autorisés à délivrer certains grades en vertu de cette Loi : l'Université Yorkville et l'Université de Fredericton.


Programmes et diplômes offerts par des établissements d'enseignement qui ne confèrent pas de grades universitaires


Le CCNB et le NBCC offrent des programmes de diplôme de deux ans et des programmes de certificat d'un an dans toute une gamme de disciplines professionnelles comme l'agro industrie, les technologies de la santé, la technologie des affaires, le génie civil, les arts de communication, les techniques électroniques, l'hôtellerie et le tourisme, le génie maritime, la pratique infirmière, les métiers spécialisés et les soins aux jeunes. Ils offrent en outre des programmes de perfectionnement et une gamme étendue de cours spécialisés de courte durée, souvent conçus pour répondre aux besoins d'une industrie ou d'un secteur spécifique. Par exemple, le ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail les ont chargés de fournir la formation par stages d'études, qui dure environ six semaines par année, afin d'inscrire les apprenties et apprentis qui souhaitent remplir les exigences relatives à la théorie à l'égard de leur certificat de compétence.

Les programmes de diplôme du CCNB et du NBCC exigent en général 80 semaines d'études ou un minimum de 45 crédits, les programmes de certificat 32 à 40 semaines ou un minimum de dix crédits. Les étudiantes et étudiants inscrits à des programmes de moins de dix crédits ou 15 semaines peuvent obtenir un certificat de réussite si leur travail est évalué. Pour les programmes courts où il n'y a aucune évaluation, les étudiantes et étudiants peuvent obtenir un certificat de participation.

Le NBCC a des campus à Fredericton, Miramichi, Moncton, Saint John, St. Andrews et Woodstock, tandis que ceux du CCNB sont à Bathurst, Campbellton, Dieppe, Edmundston et la Péninsule acadienne. Chaque campus tend à se spécialiser dans certaines disciplines, et quelques programmes ne sont offerts que dans l'une des deux langues officielles. En outre, les collèges offrent des possibilités d'apprentissage à distance aux collectivités éloignées par l'entremise des technologies multimédias et de cours par correspondance afin que les étudiantes et étudiants puissent suivre leurs études chez eux.

Les étudiantes et étudiants s'inscrivant au réseau des collèges communautaires peuvent demander des crédits pour leurs études et leur expérience de travail antérieures, incluant, dans certains cas, des compétences professionnelles acquises à l'école secondaire.

Pour les personnes qui souhaitent entreprendre une carrière dans les métiers spécialisés, le CCNB et le NBCC offrent des « programmes d'initiation au travail », qui fournissent aux étudiantes et étudiants un aperçu général de la profession. Cette année scolaire n'est pas obligatoire pour l'inscription à titre d'apprentie ou d'apprenti.

La formation en apprentissage débute une fois que la personne trouve un employeur qui est disposé à la superviser. La durée de la formation varie de un à quatre ans, selon le métier. La plupart des métiers exigent quatre ans de formation, dans une proportion de 80 p. 100 d'expérience pratique sur le terrain et 20 p. 100 de formation technique dans un collège. Il y a 54 métiers accessibles au moyen de la formation en apprentissage au Nouveau-Brunswick ouvrant droit à une certification provinciale. Il y a également 18 autres métiers pour lesquels aucune formation en apprentissage n'est offerte; seul un certificat de compétence est attribué lorsque la personne démontre qu'elle a effectué le nombre d'heures requis dans le métier. Le nombre d'heures de formation requis pour chaque métier est défini par les règles qui figurent dans la Loi sur l'apprentissage et la certification professionnelle.

Le New Brunswick College of Craft and Design offre un certificat d'un an (initiation aux arts visuels), un diplôme de deux ans (artisanats et arts appliqués), un baccalauréat de quatre ans en arts appliqués en partenariat avec l'Université du Nouveau-Brunswick, un diplôme d'études avancées d'un an (arts visuels) et un certificat de réussite attestant de l'obtention de crédits à divers cours. Les disciplines de studio incluent la céramique, le design en communication, le design de mode, la joaillerie et les arts du métal, la photographie et les textiles.

Le Maritime College of Forest Technology et son pendant francophone le Collège de Technologie forestière des Maritimes offrent un programme de deux ans (semestres de septembre à avril) et un stage d'été en technologie forestière. Ces collèges ont toujours considéré que leur rôle était de préparer leurs étudiants à travailler dans l'industrie forestière, en leur inculquant non seulement les savoirs nécessaires, mais aussi le sens des responsabilités et du leadership. Les diplômées et diplômés des collèges débutent souvent dans l'industrie à des postes de supervision et ils sont recherchés dans toute l'Amérique du Nord.

Province bilingue, le Nouveau-Brunswick possède deux réseaux scolaires, un en anglais, l'autre en français, dont les programmes d'études et les conditions d'obtention du diplôme sont légèrement différents. Dans les deux cas, le 2e cycle du secondaire va de la 9e ou 10e à la 12e année et les élèves obtiennent en terminant ce cycle un diplôme d'études secondaires.

Les quatre universités de la province exigent un diplôme d'études secondaires incluant des cours de niveau « pré-universitaire » précis (niveaux 1 ou 2).

Le CCNB et le NBCC exigent généralement un diplôme d'études secondaires, ou l'équivalent, comme condition d'admission à la plupart de ses programmes de diplôme et de certificat, mais avec la possibilité de préalables particuliers pour l'admission à certains programmes. Les adultes qui n'ont pas terminé leurs études secondaires peuvent suivre des cours de rattrapage et obtenir un diplôme d'équivalence d'études secondaires (comme le G.E.D.) ou le Diplôme d'études secondaire pour adultes du Nouveau-Brunswick.

Les universités et les Collèges ont des dispositions spéciales en ce qui concerne l'admission des adultes, c'est-à-dire les personnes de plus de 21 ans.

La formation en apprentissage exige un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent pour l'accès à la plupart des métiers. Les personnes qui détiennent un diplôme préalable en apprentissage ou les étudiantes et étudiants matures sont aussi acceptés.

Le New Brunswick College of Craft and Design et le Collège de Technologie forestière des Maritimes exigent un diplôme d'études secondaires, mais ils ont tous les deux des dispositions en ce qui concerne l'admission des étudiantes et étudiants qui n'ont pas terminé leurs études secondaires.

L'Institut Memramcook pratique une politique ouverte pour les admissions.

En 2012-2013, les droits de scolarité pour les études de 1er cycle à temps plein des quatre universités de la province variaient entre 4945 $ à l'Université Saint-Thomas et 7095 $ à l'Université Mount Allison. Dans la plupart des universités, les étudiantes et étudiants étrangers doivent payer des droits supplémentaires, dont le montant varie d'un établissement à l'autre. En 2012-2013, les droits de scolarité de la plupart des programmes à temps plein du réseau de collèges communautaires s'élevaient à 3000 $ par an, sauf dans le cas des programmes de formation de base pour adultes, où les droits sont de 130 $. Les étudiantes et étudiants étrangers paient 6000 $ par an.

Le coût de l'inscription à titre d'apprentie ou d'apprenti est de 25 $. Les frais de scolarité pour la formation par stages d'études pour les apprenties et apprentis inscrits sont de 60 $ par semaine. La majorité des stages d'études durent six semaines annuellement sur une période allant de un à cinq ans, selon le métier. Les prêts d'études et les bourses ne sont pas offerts; toutefois, diverses subventions sont offertes afin de couvrir les frais de déplacement, les frais de garde d'enfants et l'hébergement pendant les stages d'études, et aident à couvrir le coût des manuels scolaires. La Subvention incitative aux apprentis, offerte par le gouvernement fédéral, offre 1000 $ à la réussite du bloc un et de deux formations et 2000 $ à la réussite du dernier bloc pour les professions du Programme des normes interprovinciales Sceau rouge.

Le ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail est responsable de l'administration des programmes de bourses et de prêts aux études du Nouveau-Brunswick, ainsi que des bourses qui s'ajoutent aux prêts fédéraux du Programme canadien de prêts aux étudiants et aux subventions ciblées pour les citoyennes et citoyens canadiens et les résidentes et résidents permanents. La Direction des services financiers gère la Prestation pour l'achèvement des études dans le délai prévu, qui vise à alléger la dette des diplômées et diplômés qui terminent leurs études postsecondaires dans les délais prévus. Le Programme d'aide au remboursement (PAR) vise les étudiantes et étudiants qui ont des difficultés à rembourser leurs prêts.

La province offre également un Programme de rabais sur les droits de scolarité. Il s'agit d'un rabais sur les impôts sur le revenu provinciaux égal à 50 % des droits de scolarité à des établissements postsecondaires admissibles, jusqu'à concurrence d'un maximum à vie de 20 000 $.

Toutes les universités et les deux collèges offrent une variété de programmes de bourses pour les étudiantes et étudiants ayant besoin d'aide financière ou un rendement scolaire exceptionnel.




Révision exhaustive des informations: juin 2016